dimanche 10 avril 2011

Un peu d'histoire....

 Avant 1860 et son annexion à Paris par Haussmann, Ménilmontant était un village des faubourgs, appartenant à Belleville. Son nom viendrait de « Mesnil mau temps »1, c'est-à-dire « la maison au mauvais temps », mais « mau temps » s'est transformé au xvie siècle en « montant » en raison de sa situation en pente. Ceci a valu à ce quartier d'être des décennies durant un des principaux contributeurs à l'alimentation en eau de Paris. En témoignent quelques noms de rues : rue des Rigolesrue des Cascadesrue de la Mare...
L'Abbaye Saint-Antoine-des-Champs, la Maison de Saint-Lazare et les religieux de Sainte-Croix de la Bretonnerie y possédèrent longtemps des vignobles2. Ces derniers avaient d'ailleurs acquis en 1449 une maison de campagne, qui, à la Révolution, s'étendait sur trois corps de bâtiments entre les rues deCharonne et des Partants, avec potager et jardin d'agrément.
Pendant longtemps, le hameau dépendit de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Belleville3. Mais avec l'augmentation de la population, on construisit une chapelle, Notre-Dame-de-la-Croix, en souvenir de la chapelle des religieux de Sainte-Croix de la Bretonnerie, détruite à la Révolution.
Le château de Ménilmontant (aussi appelé château de Saint-Fargeau) appartenait à la famille des Le Peletier depuis 1695. Domaine considérable, dont la superficie dépassait la taille du cimetière du Père-Lachaise aujourd'hui, il se situait entre les actuelles rues de RomainvillePelleportdu Surmelin et une parallèle est du boulevard Mortier. Le Grand château, construit par Michel Le Peletier à côté du Vieux château, était entouré d'un immense parc boisé, de jardins à la française et, enfin, de vergers et de potagers dont étaient tirés les principaux revenus de la propriété. Il n'en reste aucun vestige.
Le haut de Ménilmontant lui valut aussi de recevoir les premiers télégraphes (cf. la rue et le métro du même nom).
Situé à l'extérieur du mur des Fermiers généraux et donc de la zone de l'octroi, au-delà de la barrière de Ménilmontant, le vin y était moins cher et de nombreuses guinguettes s'y étaient développées au xviiie siècle. Ce quartier parisien, très populaire et souvent rebelle, garde les stigmates de la commune :
Après son annexion, Ménilmontant est resté un quartier populaire, surnommé « Ménilmuche », et a donné son nom au 20e arrondissement. Il est associé au quartier Belleville, les deux étant inséparables tant sur le plan géographique qu'historique, économique et humain.

Sources: Wikipédia

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire: